Cité Keur Gorgui, Immeuble Y2 8e Etage
+221 33 823 39 69

Le programme de Dakar

Le programme de Dakar - stratégie et réalisation

Pendant longtemps, la gestion des ordures à Dakar était du ressort d’une structure autre que l’Unité de Coordination de la Gestion des déchets solides (UCG). Mais l’insatisfaction semblait être la chose la mieux partagée du coté des citoyens. En effet avec 40% de zones non couvertes, une quasi absence de balayage des routes (seulement 20% de routes planifiées), la présence de 658 dépôts sauvages et récurrents identifiés et localisés, le visage hideux qu’affichait la capitale lui enlevait tout son charme. Du fait de ces nombreuses difficultés rencontrées, les autorités ont décidé de confier la gestion des ordures à Dakar à l’UCG ; mission que l’UCG remplissait déjà dans les autres régions du Sénégal.  Le transfert du programme de gestion des déchets solides urbains de la région de Dakar à l’Unité de Coordination de la Gestion des déchets solides a eu lieu le 26 octobre 2015.

Une prise en main urgente s’imposait pour éradiquer le fléau des ordures dans la capitale. Avec le Programme d’urgence de propreté, l’UCG apportait ainsi une réponse conjoncturelle au bénéfice des 52 communes de la région de Dakar. Ce programme qui s’étalait sur la période allant de Novembre 2015 à avril 2016 avait pour objectif l’amélioration du cadre de vie de la population dakaroise en remettant à niveau l’état de salubrité de la région avec la mobilisation de tous les acteurs locaux.

La mise en œuvre de cet important programme a nécessité un recrutement et déploiement massif d’acteurs du nettoiement dans les différents quartiers. Des ressources humaines qui, de par leur engagement et détermination, ont contribué de façon significative à l’obtention de résultats très satisfaisants. En effet il y a eu plus de 500 km de voirie balayés, désensablés et désherbés; plus de 660 dépôts sauvages récurrents éradiqués grâce à 5198 rotations de camions effectuées; plus de 85 000 tonnes de déchets, provenant des dépôts sauvages, mis en décharge.

Avec une collecte régulière de plus de 2000 tonnes de déchets assurée par jour, la décharge de Mbeubeuss a subi un réaménagement de taille pour faire face à cette nouvelle dynamique.

Des activités ont été réalisées en vue de professionnaliser de la pré-collecte. 194 points de chutes, 210 zones de pré-collecte, 372 structures unipersonnelles et 370 opérateurs de pré-collecte ont été recensés dans le cadre de l’étude menée sur la pré-collecte. Sur la base de ces informations, une cartographie a été élaborée et une stratégie de réorganisation définie.

Le bilan à court terme de ce programme avait révélé une amélioration nette du taux de collecte qui était passé de 60% à 78% et celui du balayage de 20% à 51%. 96 ronds-points ont été nettoyés avec la mobilisation de plus de 3000 personnes volontaires. Ces actions se sont accompagnées d’une bonne campagne de communication et de sensibilisation. En effet, prés de 1000 maisons visitées pour les besoins de la sensibilisation et des campagnes de communication grand public ont été déroulées pour mieux conscientiser les populations.

Ainsi, Dakar a repris des couleurs et aspire désormais à faire partie des capitales africaines les plus propres. Mais pour ce faire, il faudrait maintenir le cap et ne pas baisser la garde car le nettoiement est fondamentalement un travail de Sisyphe.